Patrimoine

PATRIMOINE de REMINIAC

L’église Saint-Rémi ou Saint-Rémy (XVIème siècle)

Reconstruite au XIXème siècle (vers 1883). L’église est bénie le 3 mai 1883. Ses autels latéraux sont dédiés à la Sainte Vierge et à saint Joseph. Elle est ornée de vitraux du peintre-verrier Laumonnier. Le vitrail représentant la scène du baptême de Clovis date de 1896. On y trouve la sépulture des seigneurs de La Fresnaye et de La Minière.

L’église paroissiale est dédiée à saint Rémy ; c’est du nom de ce patron que semble dérivé celui de Réminiac. Les seigneurs de la Fresnaye et de la Minière avaient jadis leur sépulture dans le choeur, comme l’attestent les registres paroissiaux, conservés depuis 1569. Une nouvelle église, due aux soins du recteur et à la générosité de M. Géhanno, de Mme Rialan, de Mlle du Rocher et des habitants, a été bénite le 3 mai 1883. Elle est dédiée comme l’ancienne à saint Rémy, et ses autels latéraux sont sous l’invocation de la sainte Vierge et de saint Joseph.

Il y avait, avant la Révolution, une chapelle de Saint-Nicolas au village de ce nom, à l’ouest du bourg ; elle n’existe plus aujourd’hui. Une autre chapelle dédiée à sainte Kerféline se voit encore près de la Minière vers 1891. Une chapelle privée avait été construite en 1608, auprès du château de la Fresnaye. Une autre chapelle, également privée, avait été bâtie en 1773 près de la maison Surlande (ainsi appelée en 1891). La paroisse était à la libre collation du pape ou de l’évêque, suivant le mois de la vacance. Le recteur levait la dîme sur tout son territoire ; en 1730, son revenu net était évalué à 280 livres seulement. Réminiac était du doyenné de Beignon et de la sénéchaussée de Ploërmel. En 1790, il fut érigé en commune du canton de Caro et du district de Ploërmel. Son recteur, G. J. Chevillon, refusa le serment et subit l’exil. Pendant la tourmente ou vendit nationalement des terres appartenant à la chapellenie de Cladeuc, un pré et des champs appartenant à la chapellenie de Bourdelet, plusieurs prés et terres dépendant de la fabrique, et un pré appartenant aux Carmes de Ploërmel. Réminiac, maintenu dans l’arrondissement de Ploërmel en 1800, passa dans le canton de Malestroit en 1801. En même temps, en vertu du concordat, il fit définitivement partie du nouveau diocèse de Vannes. Le vieux presbytère a été rebâti en 1894. L’église vient d’être enrichie d’un maitre-autel neuf, de boiseries, et de trois verrières, dues à M. Laumonnier, et représentant le Sacré-Coeur, saint Rémy et saint Jean-Baptiste (J-M. Le Mené – 1891).

Le manoir de la Fresnaye (XVème siècle)

Restauré au XIXème siècle. Siège d’une ancienne seigneurie, berceau de la famille de la Fresnaye, puis propriété de la famille Châteautro. L’aile gauche a été entièrement restaurée au début du XIXème siècle. Le manoir possédait autrefois une chapelle privée édifiée en 1608 ;

Croix de Saint Tré

Cette ancienne croix de chemin en schiste est actuellement située en bordure de la route départementale D166. Sur le cadastre napoléonien de 1829, cette route déjà représentée porte le nom du “Chemin de la Clémenais au bourg”. Il n’existe dans ce document, aucune référence à la croix. L’incertitude demeure sur le fait de savoir si son emplacement actuel est celui d’origine. Le passage quelques 500 mètres plus au sud de la voie romaine Vannes – Rennes dite la “chaussée d’Ahes”, peut laisser supposer que cette croix eut un rôle de limite paroissiale.Par ses bras courts légèrement pattés et son fut pyramidal s’évasant vers le bas, la croix dite de Saint Tré peut dater du milieu du Moyen Age, soit dans une période comprise entre le début du 11e et la fin du 13e siècle. Croix palis, monolithe, sans soubassement, pattée. Elle est plantée directement dans le sol et son fût s’élargit vers le bas.

Sentier des sculptures

Des oeuvres surprenantes, sculptées et placées le long d’un parcours balisé vous guideront dans l’imaginaire de leurs auteurs.

Ce sentier se compose de 29 sculptures monumentales qui présente une valeur artistique originale. La transposition de l’Art dans la nature, sa proximité avec le public et son libre accès signent l’originalité de ce sentier.

De nombreux artistes y ont participé, offrant leur amour de la sculpture aux non initiés. La pluralité des oeuvres et des sculpteurs font de ce sentier une oeuvre.

Manoir de la Fresnaye